mardi 25 mars 2008

S'atelier au travail






10 commentaires:

Ange7 a dit…

J'adore ces photos.
Et le titre. ;-)

DdM a dit…

Ange7 > J'aime beaucoup ces lieux. J'ai pour mes élèves l'admiration qu'ils n'ont pas pour leurs profs...
(Pour le titre, j'étais moins sûre de moi ;))

Anouschka a dit…

Je me trompe peut-être mais je pense que les élèves ont cette affection (admiration ?) pour certains de leurs profs. Décalage et déficit de communication font que ce n'est pas si facile pour eux à dire, à montrer et que malgré tout, nous sommes un repère dans leur vie.
J'aime à le croire (même si, dans mon cours, on évite de croire...)

bruno a dit…

.. en ce qui concerne le titre, on était prévenu.
Encore un ou deux de prévus, mais continue, ça fait Libé ..
Sinon, j'aime ces ateliers, ils s'imposent .. un peu à la manière d'un échiquier : ils dictent des règles, pas par autorité mais par la nécessité du jeu.
Si j'avais à les faire découvrir à des élèves, ce serait les yeux bandés

DdM a dit…

Anouschka > C'est toujours quand je commence à y croire qu'ils trouvent le moyen de me faire douter...

Bruno > J'ai toujours rêvé d'être journaliste, c'est pour ça ;)
Découvrir les ateliers les yeux bandés, ce serait risqué tout de même. Même si je t'accorde qu'il manque les odeurs et les bruits, sur ces photos, alors qu'ils participent pleinement à l'ambiance.

Anouschka a dit…

Bah, j'ai arrêté de faire cours aujourd'hui en disant que j'attendais un réflexe de survie (fierté) de la part de mes élèvess... Le doute, c'est ce qu'on a quand eux n'ont plus que la certitude que c'est trop tard.

DdM a dit…

Anouschka > Qu'on ne vienne pas nous dire, après, qu'on a un métier facile ;)

Anouschka a dit…

On peut.. J'attends...

BZH Matth a dit…

Jolies photos de lycée moderne. Ça donne presque envie d'y retourner. Reste à savoir si c'est en tant qu'élève ou en tant que prof.

DdM a dit…

BZH Matth > Arrive un âge où il faut savoir trouver sa place. La mienne, derrière mon bureau, me parait parfois étroite et il est bon d'élargir ses horizons en poussant d'autres portes.
J'avoue que c'est un lieu où il me plait d'aller travailler.