samedi 8 mars 2008

Le culte du couple

Pendant mes vacances, je suis allée voir Paris. Pas la ville – le film.

Tout a commencé au guichet, quand j'ai demandé un ticket. "Un seul ?" m'a demandé, presque étonnée, la personne au guichet. Je me suis retournée pour voir s'il n'y avait pas derrière moi un beau jeune homme… Rien. "Oui, un seul", ai-je alors confirmé.

Confortablement installée dans mon fauteuil, j'ai eu tout le loisir de comprendre cet étonnement : aller au cinéma se fait en général par multiple de deux. On a toujours une bonne copine, un vieux pote, un(e) collègue, un mari, une épouse, un frère, une sœur… à emmener avec soi. A défaut, on peut toujours se faire accompagner de son enfant. Mais seul(e), ça fait désordre. Pour preuve, lorsque deux couples s'installent "côte à côte", ils laissent en général une place libre entre eux. Lorsqu'un couple s'installe à côté d'une femme seule, il laisse deux sièges inoccupés. Ce qui s'avère confortable lorsque la salle commence à se remplir, et que les couples déjà installés sont obligés de se décaler d'une place pour que le couple en voie d'installation puisse s'installer sans être séparé. Avec mes deux places libres sur ma gauche, et autant sur ma droite, je n'ai pas eu à bouger. J'en suis même venue à me demander pourquoi on ne faisait pas des sièges biplaces dans les cinémas, puisqu'il semble si fréquent de s'y faire accompagner.

Mais mon étonnement devait ne pas s'arrêter là. Salon de l'Habitat, la semaine dernière : par curiosité, je vais voir un cuisiniste. Je lui parle de mes projets, de mes "j'envisage, j'aimerais, je voudrais…" Tout à coup, la personne m'interrompt : "Mais vous êtes seule ?, me demande-t-elle. Parce que vous dites "je"…". Ah. On est donc exclu de la sphère de la cuisine équipée lorsqu'on est femme célibataire ? Pourtant, je mange comme tout le monde.

Il y a quelques jours, le promoteur reprend contact avec moi. Le terrain et la maison que je convoitais ne sont pas vendus. Enfin si, ils sont en passe de l'être : à moi.
Question : "Vous faites un emprunt ?" Non, non, j'achète cash. Et je paye en espèces, en plus. Evidemment que je fais un emprunt, quelle blague !
Question suivante : "Pouvez-vous me donner l'identité de l'emprunteur et du co-emprunteur ?"
La personne qui me parle n'a jamais eu affaire qu'à moi : elle n'a vu que moi, n'a parlé qu'avec moi, a envoyé divers documents à mon nom, sait que je suis allée seule visiter la maison de ma future voisine, mais ne s'étonne pas que je puisse cacher dans ma manche un co-emprunteur. Si j'avais eu un mari sous le coude, il se serait peut-être manifesté à un moment, non ? J'imagine assez mal un couple où Madame choisirait la maison et Monsieur alignerait le chèque sans discuter…
Et puis, si je devais attendre d'avoir un nouveau mari pour pouvoir bouger le petit doigt, je risquerais de m'ankyloser sérieusement.

Dans une société où les couples divorcent à tour de bras, où l'on ne compte plus les familles monoparentales, où les femmes se voient dédier une journée spécifique histoire de rappeler qu'elles existent… il apparaît encore invraisemblable qu'elles puissent faire autre chose que le ménage ou le repassage sans l'aide d'un homme.

Le plus drôle dans tout ça, c'est que ces trois personnes étonnées (choquées ?) par la situation, étaient trois femmes.

19 commentaires:

Kitsie a dit…

Plutôt rassurant moi je trouve.
Le jour où l'on dira : "vous êtes seule je suppose..." alors là oui, faudra s'inquiéter...

DdM a dit…

Kitsie > Moi, ça m'énerve autant que quand on me donnait 15 ans quand j'en avais 25. A la différence près que là, en plus, ça se voit que je suis toute seule.

Anouschka a dit…

C'est "normal" que ce soit des femmes les plus étonnées : c'est une histoire d'image. Tu leur renvoies une image à laquelle elles ne peuvent/veulent pas s'identifier, une sorte de déni. "Je vois une femme seule mais il est impossible qu'elle soit seule puisque moi, je ne peux l'imaginer donc, il est logique qu'un homme se planque pas loin". En plus, tu vas au ciné, tu veux acheter une maison, etc, tu sembles "normale" et la normalité, encore aujourd'hui, pour la majorité des femmes, c'est un couple, point barre...

DdM a dit…

Anouschka > ... ou encore l'expression (inconsciente ?) de leur propre peur d'affronter ce type de réalités seules. Idée qui m'est venue suite à l'aveu d'une collègue ("je ne pourrais pas").

Ilnoir a dit…

Paraseul.. seuleil... Seulitude... Seulager.. Sous-seul... conseuler... Tourneseul...

DdM a dit…

Ilnoir > Abseulument...

BZH Matth a dit…

J'ai déjà eu la même réflexion au ciné... surtout quand c'est le printemps du cinéma et que tout le monde y va entre amis. Mais bon, moi, c'était un soir de semaine, donc personne pour venir.

Chuck Noland a dit…

et vous-êtes vous déjà demandée si la question cachée n'était pas plutôt : "mais que fait une jolie dame, comme elle, seule?"

DdM a dit…

BZH Matth > De toute façon, je ne vois pas l'intérêt d'aller au ciné accompagné(e), vu qu'on y va pour voir un film, pas pour taper la causette...

Chuck > Bien joué ;-)
Il est vrai, par ailleurs, que je n'ai jamais abordé la question sous cet angle. Peut-être parce que je ne me vois pas comme une "jolie dame". Ou parce que si je commence cette réflexion, elle se finit par "ça doit être une sacrée chiante !"....

BZH Matth a dit…

Oui, mais on peut y aller partager un moment, partager des émotions (rire, pleurs, frisson, peur) EN MEME TEMPS que les personnes qui nous accompagnent (et qu'on doit apprécier un minimum, je pense), et pouvoir en discuter après, à la sortie.
Par exemple, j'aime bien rire au cinéma, mais j'ai aussi le rire communicatif : je ris si les autres rient. J'apprécie encore plus de rire quand les personnes que je connais trouvent cela drôle.

Et pis, tu peux piquer les pop-corn de l'autre ;-p

DdM a dit…

Alors, moi j'essaye de m'auto-persuader que la vie toute seule c'est formidable, et toi, là, tu viens me faire la promotion des petits moments de bonheur qu'on ne peut avoir que s'ils sont partagés ?! Tu veux m'anéantir ou quoi ??!!

BZH Matth a dit…

Mais noooooooooooon !
Y a tout(e) seul(e) et tout(e) seul(e). Tu peux vivre seul(e) sans pour autant "devoir" aller seul(e) au ciné.
Bon, il se trouve mes amis ont les mêmes goûts que moi pour le ciné, ça aide.
Tu veux un exemple d'un moment mieux tout seul : tu lis un bouquin, et un autre lit derrière ton épaule. Et là, tu as envie de lui dire (ou tu lui dis cash): #'*^$£ (censuré)

Je fais la promotion de rien du tout moi. Je donne mon avis.

Bon au final, le film? Il était bien?

DdM a dit…

Oui, au final c'était bien. J'ai ri, j'ai pleuré, sans trop me soucier des autres. Et je suis rentrée. Toute seule :-(

BZH Matth a dit…

Ta méthode d'auto-persuasion n'a pas l'air au point.

DdM a dit…

Hum...
Elle fonctionne plus ou moins bien selon les jours...

Fabrice a dit…

Petite histoire sur le dernier film que je suis allé voir au ciné.

Acte 1
Je rentre dans le cinéma, m’assois dans mon fauteuil et attends tranquillement que le film commence
La salle se remplit doucement, au moment où il ne reste plus que deux places libres dans la salle, une a ma gauche et l’autre a ma droite.

Acte2
Alors rentre dans le cinéma un jeune couple, ils s’approchent de leur place respective.
Et m’aperçoit sur leur visage qu’ils sont embêtés de ne pas pouvoir être l’un à coter de l’autre (normal) et aussi embêter de me demander de bien vouloir me déplacer (un homme seul pas toujours facile a aborder).
Alors garçon bien élever que je suis (si si) je leur demande si il son ensemble, connaissant bien sûr d’avance leur réponse je commençais déjà a me lève pour leur céder ma place.

Acte3
Assez content de voir le soulagement sur leur visage, jusqu'au moment ou il tournée tous deux leur regard vers moi pour apercevoir sur eu de la compassion (pour ne pas dire plus)

Conclusion
Depuis je vais chercher les films que je veux regarder au distributeur de DVD.

DdM a dit…

Fabrice > Remarque n° 1 : ton acte 1correspond EXACTEMENT à mes observations : les gens laissent une place libre de chaque côté d'un homme seul, mais 2 de chaque côté d'une femme seule. Je ne vois que deux explications : soit ils ont plus peur des femmes, soit ils conçoivent plus difficilement qu'une femme aille au cinéma seule.
Remarque n° 2 : contrairement à toi, je n'ai pas renoncé à aller au cinéma (cela dit, j'y vais extrêmement rarement) : j'aime trop observer les gens, leurs réactions, leurs attitudes, comme par exemple ces phénomènes de couples et/ou groupes dans un cinéma.

L'homme du premier jour du reste de ta vie a dit…

Alors, ma chère DdM, toujours convaincue que c'est mieux d'aller au ciné seul(e), qu'à deux?

Car, moi, je suis définitivement convaincu que c'est mieux d'y aller avec sa moitié.

DdM a dit…

A l'homme du premier jour du reste de ma vie (et du deuxième, et du troisième... et des suivants j'espère) > Je suis définitivement convaincue et conquise.
Former un avec l'autre (puisque 2 moitiés font un entier, n'est-ce pas ?), c'est bien mieux que former un tout(e) seul(e).