mardi 26 février 2008

J'ai retrouvé mon clavier

Il n'avait pas vraiment disparu, mais j'en avais quelque peu perdu l'usage. J'espère ne pas me luxer un doigt en m'en servant à nouveau. A l'origine, j'étais censée écrire sur ce blog (rien ne m'y obligeait, mais je l'avais décidé ainsi). Avec l'arrivée de mon nouveau jouet à Noël, j'ai remplacé les mots par des photos. J'en ai des stocks incroyables – de quoi faire vivre ce blog de longues années encore – même si elles ne cassent pas trois pattes à un canard. Mes textes non plus, d'ailleurs. Cela dit, mon sujet de préoccupation actuel m'inspire beaucoup : la quête d'un nouveau logement. L'affaire avance lentement, et parfois à reculons.

A la suite de la visite de cet appartement étrange évoquée ici, l'agent immobilier m'avait donné rendez-vous aujourd'hui même pour le revoir (revoir l'appartement, pas l'agent immobilier, j'insiste sur cette distinction). A mon sens, il fallait être cloche pour acheter un truc pareil, mais je devais avoir la tête de l'emploi. J'avais donc accepté cette deuxième visite. Sans l'effet de surprise lié à la découverte du lieu, je pensais pouvoir regarder d'un œil plus objectif l'ensemble, voire même envisager les travaux nécessaires pour débarrasser le salon de la salle d'eau et la monter à l'étage.

Ce matin, surprise : l'agent immobilier m'appelle, un peu ennuyé, et me dit qu'il a un souci pour la visite prévue cet après-midi. Le problème est de taille effectivement : l'appartement en question a été vendu ce week-end. Qu'à cela ne tienne, je suis assez fataliste – à mes heures perdues seulement : cela m'épargnera la fastidieuse pesée du pour et du contre et m'évitera d'avoir à regretter un choix, quel qu'il soit.

Ce qui m'ennuie, c'est que ça ne fait pas vraiment avancer mes affaires. Les jours passent, et je n'ai déjà plus que cinq mois devant moi. Et puis, je comptais bien sur cette visite pour occuper mon après-midi. Heureusement, j'ai décroché un autre rendez-vous un peu plus tard dans la journée. Cette fois-ci, je vais "visiter"… un terrain. Concept original s'il en est. Juste que la (future) maison qu'on me propose n'existe que sur les plans. Je ne suis pas convaincue que la vue de l'environnement m'aide beaucoup dans ma visualisation en 3D des plans en question. Mais bon. Faut bien se plier aux caprices des promoteurs. Un rendez-vous dans un café, surtout avec le temps qu'il fait aujourd'hui, aurait été plus judicieux.

Tout ça pour dire que dans les jours qui suivent, vous n'avez pas fini d'entendre parler de mes errements immobiliers. D'autant que, privée de mes filles jusqu'à la fin de semaine, je dispose désormais d'un temps effroyable pour débiter mes âneries.

8 commentaires:

Anouschka a dit…

Répète après moi : "mon clavier est mon ami..." ;)

BABYLONEZOO a dit…

Merci pour le passage et le commentaire

DdM a dit…

Anouschka > Mon clavier est mon ami... :))

Babylonezoo > Pas de quoi et tout pareil !

bruno a dit…

.. je vous conseille la coloc .. à mi-chemin ; ))

Anouschka a dit…

@ Bruno - Tu as trouvé une maisonnette tout confort de 150m², avec jardin, en plein Paris, pour moins de 800 euros par mois ?!

DdM a dit…

Bruno > Ca veut dire qu'on peut venir squatter chez toi ? C'est vrai ?? ;)

Anouschka > S'il fait de la colloc...

BZH Matth a dit…

Bien que ce billet date du 26 février (reste un mois tout juste à lire ;-)), je constate que ton clavier est moins ton ami que ton reflex en ce moment aussi. Cela ne gâche pas mon plaisir, mais j'aime bien aussi lire tes âneries (sic).
Alors quand est-ce que tu ne contes quelque chose?

DdM a dit…

BZH Matth > De là à en conclure qu'il m'arrive plus de belles choses que d'anecdotes grotesques ces temps-ci, il n'y a qu'un pas ! (à faire)