vendredi 14 novembre 2008

Si tu ne sais pas quoi faire de tes dimanches, prends un abonnement chez Alice.

Naaaan, ce n'est pas une proposition indécente. (Encore que.) Ni un proverbe chinois. Par contre, c'est une vraie suggestion qui m'est venue le week-end dernier.

Alice – faut-il la présenter ? – c'est la blonde qui se prend souvent les pieds dans les fils (faut dire qu'avec les seins qu'elle a, elle ne doit pas pouvoir voir plus loin que le bout de son nez…). C'est aussi, accessoirement, mon FAI (bah oui, nul n'est parfait, que voulez-vous).

Bref, par un bel pluvieux après-midi d'un samedi où mes filles n'étaient pas à la maison, nous (ne vous avais-je pas dit que depuis un mois un peu plus que pile, je suis deux, même les week-ends où je n'ai pas mes filles ?), bref… nous nous sommes dit : et si on rétablissait le Wi Fi, histoire de ne plus avoir à prendre de ticket pour savoir qui va pouvoir utiliser Internet (problème qui ne se posait pas, c'est vrai, du temps où j'étais un(e)… mais de là à me faire préférer mon célibat… faudrait pas trop exagérer non plus).

Ainsi donc, on pensait en avoir pour 5 minutes tout au plus… et ça nous a occupé un week-end. (Pour pas un rond, en plus… qui a dit que ce n'était pas rentable ?!!)

Etape n° 1 : faire un reset de la box. (done)
Etape n° 2 : relancer la bête. (pas encore par la fenêtre, mais ça pourrait venir) (done)
Etape n° 3 : mesurer l'ampleur des dégâts (oooops)
Alicebox tu reseteras, ta risette tu perdras (proverbe – presque – chinois, lui) et tes voyants clignoter tu verras.
Etape n° 4 : partir se coucher en repoussant sans vergogne le problème au lendemain. Parce que le dimanche, aussi pluvieux que le samedi, tu crains de ne pas savoir quoi faire après avoir accompli les tâches figurant su ta to-do list de 15 kilomètres de long ; donc tu t'endors serein(e) en sachant que, privé(e) d'Internet et de téléphone, tu sauras comment t'occuper au saut du lit.

Dimanche matin donc, les yeux encore collés et une tasse de café greffée au bout de la main, tu saisis ton plus beau téléphone et composes les yeux fermés le numéro de la hotline. (Et oui, méfiante tu étais, méfiante tu resteras, et l'offre dégroupée tu ne pris pas, histoire de pouvoir utiliser France teleconne sans avoir à emprunter la ligne de tes voisins.)
Tu te félicites au passage d'avoir une hotline gratuite et joignable 7 jours sur 7, 24h sur 24. Même si, au fond, tu feins à peine d'ignorer que tout a un coût et que, de fait, ce qui est gratuit… enfin bref.

Digression : je ne sais pas si vous aviez remarqué, mais pendant longtemps, Alice a eu ce tube (clic pour l'écouter) en guise de musique-qui-te-tape-sur-le-système-au-bout-de-la-troisième-fois-que-tu-l'entends-et-que-tu-n'as-toujours-pas-eu-de-technicien. N'empêche, elle m'a longtemps fait marrer, cette chanson, parce que quand tu appelles ta hotline, bien énervé(e), et que tu entends l'autre chanter "But I said no, no, no, no-no-no / I said no, no, you're not the one for me", tu te dis, "tiens, il serait peut-être bien temps de changer de FAI"… Ce petit aparté mis à part, je peux poursuivre.

Donc, j'appelle. Et suis ravie d'apprendre que mon temps d'attente est inférieur à 30 minutes, ce qui me laisse encore la possibilité de finir mon petit dej et d'aller me brosser les dents.

Et finalement :

- Alice bonjour, que puis-je faire pour vous ? (là, tu noteras que, autant de fois tu appelleras, autant d'accents différents tu entendras, au point que tu es à deux doigts de faire une thèse ayant pour thème "Alice et la délocalisation de ses hotliners histoire de contenter le client français insomniaque qui voudrait bien retrouver sa connexion, même les dimanches matin").
A cette question, tu réponds bêtement que tu n'as plus Internet et que tu voudrais bien que cette situation ne perdure pas.
- Pouvez-vous me donner votre nom et votre numéro de téléphone pour que je puisse accéder à votre dossier ?
Avec le temps (et l'expérience), tu sais EXACTEMENT ce qu'on attend de toi. Tu sais, par exemple, que cette question a l'art de t'énerver, car la voix automatique du début qui t'a demandé de taper 1 si tu n'étais pas client et 2 si t'étais un pigeon, elle te l'a DEJA posée avant tes 29 minutes cinquante d'attente. Mais bon, tu es encore disposé(e) à répondre poliment, donc tu épèles gentiment ton nom et donnes ton numéro de téléphone à vitesse réduite.

- Patientez quelques instants, j'accède à votre dossier. (…) Vous êtes bien madame TRUC Mumuche ?
- Mouais.
- Pouvez-vous me confirmer votre adresse et votre numéro de portable, madame Truc ?

Là, tu rigoles. Avec un nom de rue à coucher dehors, ton adresse, personne ne la comprend. Mais bon, c'est comme si ça faisait partie du rituel d'appel de la hotline. Tu en profites pour te demander ce qu'ils te feraient confirmer si tu n'avais pas de portable.

Dossier atteint, le gars reprend, totalement impassible et imperturbable :
- Vous avez donc souscrit l'offre Alice ADSL non dégroupée et vous disposez du modem Triway qui est noir avec une ligne rouge, c'est bien ça madame Truc ?
En effet, oh oh oh, comme c'est très impressionnant ! (Cela dit, parfois, ils se plantent et tu apprends qu'Alice a sorti des boxes qui ne sont pas des Triway et qui sont blanches avec une bande jaune, par exemple, et tu comprends alors que c'est pas tout à fait un humain celui qui est à l'autre bout du fil, car tu as beau vouloir le reprendre, il te redit exactement la même chose, à la virgule près…).

Vient alors la question qui tue : on te redemande pourquoi tu appelles. Tu l'as dit deux minutes plus tôt, mais comme il n'avait pas encore accès à ton dossier, il ne pouvait pas t'écouter. Alors tu recommences.

- Et vous n'avez plus Internet ?
- Bah non, sinon je crois que j'occuperais autrement mon dimanche matin.
- Et vous n'avez plus le téléphone non plus ?
- Effectivement.
- Pourtant vous nous appelez d'une ligne de téléphone fixe, madame Truc… Alors comment faites-vous pour nous appeler d'une ligne de téléphone fixe, madame Truc ?
Hé, ho, tu bosses pour Alice ou pour les RG ?! Faudrait pas trop déconner non plus. Et puis le problème il n'est pas là, il est que j'ai plus internet et que ça commence à me courir sur le haricot c't'histoire.

- Ne quittez pas, Madame Truc, je vais faire quelques petites vérifications.
Et là, le mec, il te plante dix minutes. T'as eu le temps de te faire les ongles et le ravalement de façade, et tu entends :
- Madame Truc, vous êtes toujours là ?
- Oui oui !
- Et bien ne quittez pas, Madame Truc, je fais encore quelques petites vérifications.
Et il se re-barre. Moi, je suis sûre qu'il est parti prendre un café ou fumer sa clope. En plus, il n'est jamais revenu, et au bout de cinq minutes, ça a coupé.

Donc là, ni une ni deux, je recompose le numéro et rebelotte.
Mais là, surprise, tu dois recommencer TOUTE la procédure depuis le début. Tu sens que tu commences à t'échauffer un peu, et donc tu annonces tout de suite la couleur, que tu étais en communication avec un technicien et que la communication a été coupée (pour une raison que tu ignores, même si tu soupçonnes bigrement le mec d'avoir appuyé volontairement sur le bouton qui lui permettait de raccrocher).
Mais c'est peine perdue, tu ne retrouveras pas ton premier correspondant, tu devras repasser toutes les épreuves du niveau avant d'affronter le boss. Le boss, c'est celui qui se la joue technicien mais est exclusivement payé à te faire vérifier tes branchements (non sans t'avoir demandé au préalable ton nom, ton numéro de téléphone, confirmation de l'adresse et du numéro de portable, et réponse à pourquoi tu appelles). Il a tout plein de questions pièges destinées à te faire couper la communication pour rappeler plus tard.

Sauf que tu es maligne comme un singe (et surtout, tu t'es déjà fait avoir par le passé, tu es armée maintenant).

Exemple : à la question "possédez-vous plusieurs prises téléphoniques murales ?", je réponds NON. C'est faux, mais c'est pas grave. Parce que si tu dis oui, la question suivante est "avez-vous un filtre ADSL sur l'autre prise ?" Et là, soit tu dis non (auquel cas ils te disent d'en mettre un, de réessayer et de rappeler si ça ne marche pas), soit tu dis oui et là, ils te disent de l'enlever, de réessayer et de rappeler si ça ne marche pas. Dans les deux cas, ça ne change rien, donc ça ne marche pas mieux, et tu es obligé de tout recommencer depuis le début.

Autre exemple : utilisez-vous une rallonge ? Là encore, toujours répondre NON ! Je pars du principe que, puisque ça marchait la veille et l'avant-veille avec cette installation, il n'y a aucune raison pour que ça ne marche plus comme ça. Là encore, si tu réponds oui, ils te disent de l'enlever et de brancher ton modem sans rallonge, manipulation qui nécessite donc une interruption de communication.

Idem pour tous les appareils à la con (micro-ondes, téléphone portable, alarmes et que sais-je encore) : c'est NON. J'ai RIEN dans mon appart ; c'est le désert de Gobi, ça résonne tellement que c'est vide et il y a juste une prise téléphonique et un pc, que je voudrais bien revoir connecté à Internet.


Au bout d'un moment, ils sont obligés d'admettre que le problème, il vient d'ailleurs. Et du coup, ils te dirigent vers un autre service, auquel tu devras à nouveau décliner ton nom, ton adresse, ton numéro de téléphone et tutti quanti. Mais n'empêche, tu peux ENFIN entrer dans la troisième dimension. Celle de la nana qui n'arrive déjà pas à comprendre ton nom (de 4 lettres) même après lui avoir épelé trois fois. Qui, quand tu lui dis que ton numéro de tel, c'est zéro deux, quatre-vingt-dix-neuf, soixante-quatorze, trente, trente-deux, elle te répète zéro neuf, soixante, trente-huit, dix-sept vingt. (Bon, ce n'est pas si grave, elle n'a que les neufs derniers numéros de faux.)
Celle-là, tu ne sais pas pourquoi, mais tu te dis qu'elle va quand même avoir vachement du mal à comprendre de quoi il est question quand tu devras lui raconter le pourquoi tu appelles. Et là, tu te fais de gros soucis pour la suite. D'ailleurs, tu ne t'entends déjà plus vraiment, et tu es sur le point de sortir de tes gonds tellement qu'elle t'énerve à te poser des questions à la con auxquelles tu viens déjà de répondre trois fois et pour lesquelles, de toute façon, elle ne comprend pas tes réponses. A tel point que tu raccroches et capitules.

Et là, il est midi moins le quart, tu n'as toujours pas Internet alors que tu y es depuis 7h du mat, et tu te dis que tiens, l'avantage d'être deux, c'est que tu peux passer le relais. Au point qu'il m'est venu une idée pour le prochain dimanche où je recevrai du monde : lancer le jeu "le premier qui perd son calme a perdu". Tu laisses à tes invités le numéro de la hotline, ton nom, ton numéro de tel, ton adresse, ton numéro de portable, une brève description du problème et quelques conseils pour déjouer les pièges, et tu vois qui craque et au bout de combien de temps. Pour peu que tes invités t'aient vu faire sur le créneau 7-12, ils pourraient te pulvériser des records.

9 commentaires:

laylacarina a dit…

ils sont bien TOUS pareils !! on se fait empapaouter !! et pire si on les embêtes trop, ils coupent TOUT !! allez voir ailleurs... :(

Zygene a dit…

Des week-ends remplis d’aventure, et dire qu’il y a des personnes qui se rendent à l’autre bout du monde pour vivre des sensations fortes, alors qu’il suffit de s’abonner chez Alice.

François B a dit…

Je me suis marré... j'ai honte...
mais je compatis :)

namaki a dit…

ah c'est excellent ! j'ai ri du début à la fin... en toute connaissance de cause ! moi c'était quand mon provider je ne sais plus comment il s'appelle a été racheté par Alice ... je suis chez free maintenant :-) je compatis , mais je vois que tu le prends avec humour et c'est le seul moyen de ne pas sombrer dans la déprime ! ;-)

Wini a dit…

Passer KT Tunstall en musique d'attente, c'est inqualifiable.
Mais bon, c'est encore le moins pire dans toute cette triste histoire.
Courage!

BZH Matth a dit…

Désolé, j'ai mis un peu de temps avant d'arriver, le Wifi ne marchait pas bien. J'ai bien ri aussi. Je viens de résilier chez NC, mais pour rester chez eux, ils m'ont proposé 10euros de réduc... tentant... sauf qu'entre temps j'ai déménagé.

DdM, ça veut dire en vrai Drôle de Mumuche alors????

Accropix a dit…

Merci pour ce moment de bonne humeur , (enfin après coup biensur car ça énerve toujours )
Ce que tu décris m'est biensur arrivé de nombreseuses fois en 10 ans de net...
Et dire qu'on nous critique tout le temps à la SNCF... pfff
Bon aller je file voir tes photos :)

freDeric a dit…

ils sont tous pareil, y'en a pas un pour sauver l'autre... Meme l'opérateur historique citron en a fini avec un bon SAV et nous téléporte dans les labyrinthes des plateformes hotlines formatées... Bref, j'ai bien ri, car ton humour franc et sincere, est soupoudré d'un ironisme délicieux... Mais bon, c'est pas une raison , si ça fonctionne moins bien, pour plus venir chez moi non plus ... :) Biz.

DdM a dit…

Laylacarina > S'ils sont tous pareils, alors j'abandonne la lutte !

Zygene > Faut pas se moquer, c'est pas gentil !! MDR

François B > C'était fait pour (rire) !

Namaki > Contente de t'avoir fait rire. Et chez Free, pas de souci ? (parce qu'on m'en a dit pis que pendre aussi !)

Wini > J'oublie tout... dès lors que j'ai retrouvé ma connexion. Mais dans l'intervalle, il ne faut pas m'approcher : je mords !!

BZH Matth > Bien vu le Drôle de Mumuche, c'était même pas fait exprès. Je parie que tu es comme moi, et qu'un fois que tout roule, tu ne penses même plus aux arrachages de cheveux dressés sur la tête à cause du Wi-Fi.

Accropix > Faut bien expliquer, parfois, pourquoi on déserte le Net sans prévenir ;)

freDeric > Promis : j'envoie ce commentaire, et je file chez toi ;)